Février



24. Fév

La rue mange.

Déformation. Mon regard s’arrête sur tous les déchets de nourriture abandonnés dans la rue. 




24. Fév
Déformation. Mon regard s’arrête sur tous les déchets de nourriture abandonnés dans la rue. 

La rue mange. 

18. Fév
Le fil rouge de cette résidence réside en une thématique (le repas) et un outil (l’appareil photo jetable). Pas facile pour les participant.e.s de faire des photos en solo dans leur quotidien. On oublie l’appareil au fond du sac, sur un coin de table. On oublie même de faire des photos alors qu’il est posé là, juste à côté. Malgré tout, les images se font et lorsqu’on les découvre, on est tout à la fois supris.e, déçu.e et content.e du résultat. 

Nous pourrions faire une série avec :
- Les photos où un bout de doigt s’est glissé devant l’objectif. 
- Les photos où on a oublié de mettre le flash = sous exposition. 
- Les photos où on est trop prêt du sujet = flou. 

C’est souvent elles que je préfère.


12. Fév
Le froid et le mauvais temps nous ont contraint.e.s à rester bien au chaud jusqu’à présent. Mais les premiers rayons de soleil poussent tout le monde dehors. Je crois que la perspective de réaliser de beaux portraits avec la lumière studio motive les troupes. On laisse un peu tomber la nourriture pour se concentrer sur soi. L’ambiance est là, on voit des sourires francs à la place des regards encore un peu timides... Je ne touche toujours pas l’appareil, tout le monde commence à se familiariser avec les notions de base : lumière, cadrage, communication entre le modèle et le sujet... 

vendredi fut une belle journée.



Making Off par Simeon : 


Mark


Janvier


28. Jan
Ouvrir ses placards, ses tiroirs, prendre ce qu’il y a sur sa table. De manière réfléchie ou spontanée et composer quelque chose. Il y a parfois derrière ça une recette, des souvenirs... parfois il n’y a rien me dit-on. C’est comme ça, ne pas chercher à toujours tout justifier, mais faire, simplement. 




Dieye Adji
©Dieye Adji


©Andreas Gursky


©Peter Menzel
17. Jan
Nouvelle année, nouveau cycle, nouveau groupe. Aujourd’hui démarre une série d’ateliers au CADA (centre d’accueil de demandeurs d’asile) de Villeurbanne géré par Forum Réfugiés.
10 nouvelles personnes (peut être même un peu plus) avec qui faire connaissance. Et inversement.
L’objectif de cette première session est de se familiariser avec le projet, voir comment l’inscrire dans son quotidien. Pour accompagner ces premières réflexions, je montre  le travail d’autres photographes. En revisiant l’histoire de la photographie, on trouve dès son invention la présence de la table et de la nourriture.

Très vite, il y a des réactions : le travail de Dieye Adji autour du Maggic Cube, le 99 cents d‘Andreas Gursky, la fameuse série Hungry Planet : What the world eats de Peter Menzel... curiosité, inspirations et bonne humeur accompagnent le flux des images.

Le travail a déjà démarré. 


Mark


Décembre


Je note en essayant d’organiser les infos :

. 500 tonnes de denrées alimentaires
. 100 tonnes de légumes
. 06h00 / 15h00
. journée continue
. travail manuel
. pole logistique
. ce qui entre et ce qui sort
. le magasin
. les palettes
. les frigos
. la zone frontière
. épluchage, lavage
. le principe de “marche . en avant”
. on travaille à 10°/15°
. la zone tampon
. ergonomie
. chariots
. 4 tonnes de marchandises manipulés 10 fois
. la plonge
. la chambre froide
. livraison 40 restaurants par jour
. sortie


12. dec :
Aujourd’hui nous avons rendez-vous avec l’équipe de la cuisine centrale de Villeurbanne. Leur rôle est de réaliser quelques 8000 repas, essentiellement pour les bambins des écoles de la ville. Je n’ai pas eu le temps de prendre des photos mais Thierry Audemard, le directeur, nous fait faire le tour de la chaîne de production. Car même si tout est fait “maison”, on se rapproche plus d’une petite usine que d’une cuisine de grand-mère.

01. dec :
Cycle 1.
Depuis le mois de novembre, elles se retrouvent tous les samedis matin pour parler de photographie. En faire aussi. Et parfois, on ne touche même pas l’appareil, on ne fait que parler, du travail des autres, de ce qu’une image peut bien raconter. C’est aussi ça la photographie.

Photographies par Sylvie Donati :


Mark


Novembre


23.nov :

Aujourd’hui nous nous essayons au studio avec un sujet simple en apparence : apporter un aliment spécial pour vous. Tout le monde s’est creusé la tête pour savoir quoi choisir : souvenir, symbole, aliment du quotidien... on en apprend un peu sur chacune, en une image seulement et quelques mots.



14.nov :
L’atelier de la photographe.
Vue du bureau et après-midi découpage.


Lettre anonyme



09.nov :
Premier cycle, premier atelier. On fait connaissance autour de la table. Mais très vite, on part sur le marché des Gratte Ciel munis de nos appareils photo. Je jette le groupe dans le grand bain, les zones de confort sont déjà bouleversés me dit Chadia. Tant mieux. Aller vers les autres, oser les prendre en photos, assumer l’appareil.





08.nov :
François, un habitant de Villeurbanne m’a gentiment déposé ces magnifiques magazines de La Table, datant de 1977. Merci François, c’est une mine d’or !


Potage au cresson, Matelote de Congre, Roussette sauce moutarde, Artichauts barigoule, Pommes à la Condé, Canetons aux navets...

Mark

Octobre









 
ENTREE (en résidence) :
Mille mercis à toutes les personnes présentes hier soir et à l’équipe du Rize ! Je suis ravie d’avoir pu vous faire découvrir toutes ces oeuvres et tou.te.s ces artistes qui me tiennent à coeur. 

Pour celleux qui voudraient retrouver les références diffusées :

Si tu étais une photo ? 
Albinos avaleuse de sabre, Maryland, 1970 de Diane Arbus

Si tu étais un livre ?
Annie Ernaux et son livre “Les années”

Si tu étais une pièce de la maison ? 
La chambre. Retour sur le travail de la journaliste Mona Chollet et son livre “Chez soi, une odyssée de l’espace domestique”

Si tu étais un combat ?
Le féminisme et les questions de genre.
. Le podcast sur les masculinités : Les couilles sur la table et son grand entretien avec Eric Fassin
. Le podcast sur le féminisme, le genre et l’égalité : Un podcast à soi

Si tu étais une chanson ?
Brigitte Fontaine et Areski “Diabolo”

Si tu étais un film ? 
Les indes galantes de Clément Cogitore

Mark

Septembre




Lundi 30 : 

Prendre des photos au quotidien. 

Les chutes du roi.
Ici, Carl Gustaf, roi de Suède et quelques restes de pêche. 
Assiette trouvée dans un vide grenier au pays du monarque.

Juillet 2019
Mark

Juillet, premiers jours


Cusset (Rhône) - café-restaurant - Villa des Saules (au bord de la Rize) - éclairage électrique - Tramway de Cusset (traverser le Canal) - 8 jeux de boules - balançoires - tonnelles 60 couverts pour noces et banquets - Chambres pour séjour - Petite friture - Petit Beaujolais et Bière la grande bouteille "cartes-factures avec compte des consommations, au crayon, au verso.
© AMV – Le Rize


“ Sauver quelques choses du temps où l’on ne sera plus ”, Annie Ernaux

Manon des Archives m’a trouvé plusieurs photographies liées à l’alimentation. Pas beaucoup d’images de famille, mais plutôt des commerces, des cantines, des restaurants de l’ancien temps. Les personnes regardent fixement le photographe. Certains ont l’air de fantômes à cause du flou de bougé. Les regards sont curieux, amusés, les corps disciplinés.  
Bientôt, mon tour. 

Mark LOREM IPSUM
La cantine.
© AMV – Le Rize



Printemps 2020

Mark

A PROPOS


Je suis Marion Bornaz. Je suis en résidence au Rize de Villeurbanne pour un an. Je suis photographe. 

J’ai été choisie cette année par le Rize pour sa proposition de création partagée sur le territoire villeurbannais autour du thème du repas et de l’alimentation. En résonnance avec l’exposition Résultats des courses qui ouvrira en novembre, je réalise une grande collecte photographique pour construire un récit collectif de la ville, en croisant les regards des habitant.e.s et mon propre regard. En mobilisant à la fois ma création et les photographies des villeurbannais.es, je propose de restituer en images ces repas quotidiens auxquels on ne fait plus attention.

Dans le cadre d’ateliers de création photographique, les participant.e.s seront invité.e.s, avec des appareils jetables, à explorer leur quotidien, leurs souvenirs, leurs espaces de vie, par le prisme de l’alimentation. Au fil du cycle d’atelier qui leur sera proposé, iels pourront s’initier à mes côtés à la photographie, à ses techniques, à la manière dont on interprète et sélectionne les images produites. 

Avec une année de travail devant moi, je fais le choix de la lenteur et utilise les techniques argentiques. Pour l’occasion, j’ai recours à une chambre photographique, une simple boîte équipée d’un soufflet et d’un objectif, derrière laquelle la photographe passe sous un drap noir pour faire ses réglages. Toute l’année, je vais donc parcourir le territoire avec cette chambre photographique à la recherche d’images et à la rencontre des villeurbannais. Je réaliserai des entretiens individuels et des prises de vue (portraits, intérieurs…) avec les participants désireux d’aller plus loin dans
l’expérience.

Une fois ce grand corpus photographique créé, les images des participants et les miennes seront rassemblées afin de passer de l’histoire individuelle au récit collectif.