Public : Classe de 3eme (enseignement professionnel)
Structure : Collège
Volume : 12h00 d’intervention 



Proposition : Réalisation par les élèves d’une série de portrait les mettant en scène dans le réfectoire du collège. En confronter sa singularité dans un espace collectif et impersonnel, s’interroger de manière sensible sur qui l’on est à l’intérieur, et l’image que l’on transmet à l’extérieur.



Mohamed Seghir, professeur principal

“ Nous trouvions très important que ces adolescents, grands consommateurs d’images, et eux-mêmes  producteurs d’images, aient un regard plus aiguisé sur leur construction. Travailler avec une artiste photographe nous permettait d’avoir une vision plus lucide  sans perdre pour autant  une approche poétique de l’image. Pour beaucoup d’adolescents, il y a de forts enjeux autour de la question de l’image de soi. Confiance en soi, pour accepter de se montrer, de se livrer. Confiance en ses camarades pour accepter leurs regards et accepter de les laisser jouer pour un moment avec notre image. Confiance en des adultes qu’ils ne connaissent pas . Au-delà des superbes photos obtenues, c’est pour nous une très belle réussite. Ils ont osé être pris en photo. Ils ont osé partager des idées personnelles et originales. Ils ont osé se féliciter et même, ce qui n’arrive quasiment jamais, dire leur fierté. Ce fut aussi l’occasion pour l’équipe de leur dire qu’ils sont beaux , ce qui n’est (hélas !) pas fréquent dans la vie d’un enseignant.”

Un projet mené dans le cadre de la résidence Histoire(s) de goût réalisée au Rize de Villeurbanne - 2019