Public : cinq adolescents
Structure : SPEMO (Service de Protection de l’Enfance en Milieu Ouvert)
Volume : 10h00 d’intervention 

Proposition : Travail autour du portrait et des émotions ; grâce au travail préparatoire de lecture d’image afin de comprendre le sens que peuvent porter des photographies, nous avons listé les émotions qui nous habitent et les traits de caractère qui nous définissent. Puis nous avons cherché à leur donner corps.


Restitution : Exposition dans le service en présence du personnel et des parents



Extrait du bilan par le service
“Travailler autour de la difficulté de certains mineurs à trouver leur place au sein d’un groupe de pairs. Travailler sur leurs capacités à intégrer les règles, à accepter le cadre éducatif proposé au sein d’un collectif et travailler sur leur relation aux autres dans un contexte sécurisant. Permettre la découverte de pratiques artistiques nouvelles à des enfants dont l’environnement social et culturel est souvent restreint. Lorsque nous avons contacté Marion BORNAZ, nous n’imaginions pas combien les projets qu’elle allait nous présenter auraient de tels résonnances auprès des jeunes. Nous avons constaté, par exemple qu’il se dégageait du groupe  un profond respect du cadre et des personnes. Cette bienveillance a permis à l’un d’entre eux de ne plus vivre au sein du groupe un sentiment de rejet. Le groupe des adolescents à particulièrement fait corps dans le cadre de l’atelier et nous avons perçu l’importance du groupe pour chacun d’entre eux. Ils ont su faire preuve d’une grande autonomie, d’un esprit d’intiative indéniable et d’une recherche esthétique au service du travail identitaire à l’œuvre. Nos observations et notre analyse nous poussent à croire que l’appareil photo a eu l’effet d’un tiers pour ces jeunes. Ils ont compris l’importance du regard porté par autrui et de ces incidences sur leur propre regard interne. Ces jeunes ont su réapprendre à se voir et à être vu, à s’aimer et à être aimé en retour.”